FANDOM


Death Note (デスノート, Desu Nōto?, littéralement Cahier de la Mort) est un shōnen manga écrit par Tsugumi Ōba et dessiné par Takeshi Obata. Il a été prépublié dans le magazine Weekly Shōnen

Death Note wordmark.svg

Jump de décembre 2003 à mai 2006, par la suite publié en douze tankōbon de mai 2004 à octobre 2006 par Shūeisha. Le manga a été traduit dans de nombreuses langues. La version française est éditée par Kana depuis janvier 2007.

Face au succès du manga, une adaptation en anime de 37 épisodes a été réalisée par le studio Madhouse et diffusée du 3 octobre 2006 au 26 juin 2007 sur Nippon Television, au Japon. En France, l'anime a été diffusé à partir du 2 février 2008 sur MCM et sur Virgin 17 en décembre 2008 dans l'émission Manga Trash, avec deux épisodes. Death Note a aussi connu trois adaptations cinématographiques, sorties au Japon entre 2006 et 2008, puis directement en DVD en France.

Synopsis Modifier

Light Yagami est un lycéen surdoué qui juge le monde actuel criminel et corrompu. Sa vie change du tout au tout le jour où il ramasse par hasard un mystérieux cahier intitulé « Death Note ». Le mode d'emploi inclus dans le cahier indique que « la personne dont le nom est inscrit dans ce carnet meurt ». D'abord sceptique, Light teste le carnet et découvre que son pouvoir est bien réel. Il rencontre l'ancien propriétaire du Death Note, un dieu de la mort nommé Ryûk. Celui-ci déclare avoir volontairement laissé tomber son carnet dans le but de se divertir.

Light décide d'utiliser le Death Note pour exterminer les criminels, dans le but d'éradiquer le Mal et de bâtir un monde parfait dont il sera le dieu. Il apprend peu à peu à se servir des pouvoirs du cahier. L'utilisateur peut seulement tuer une personne dont il connaît le visage, en y inscrivant son nom. Il peut également en préciser la cause ainsi que les circonstances détaillées, la cause par défaut étant la crise cardiaque.

Les nombreuses morts inexpliquées de criminels à travers le monde attirent l'attention d'Interpol et du mystérieux L, un détective capable de résoudre n'importe quelle énigme, mais dont personne ne connaît l'identité . L décide d'enquêter pour capturer le tueur en série, surnommé par le grand public « Kira » (キラ?, dérivé de la prononciation japonaise de « killer »). Entre Light et L, tous deux persuadés d'agir pour la justice, s'engage un combat acharné pour découvrir en premier l'identité de l'autre.

Personnages Modifier

Article détaillé : Personnages de Death Note.

Light Yagami (夜神月, Yagami Raito?)
Personnage principal de l'histoire, Light est un lycéen surdoué qui juge le monde actuel corrompu et perverti. Quand il trouve par hasard le Death Note abandonné par un dieu de la mort (Ryuk), il décide de l'utiliser pour exterminer tous les criminels, sous le nom de Kira (mot japonais dérivé de killer, « tueur » en anglais). Son but est de créer un monde utopique débarrassé du Mal, où il pourra régner en dieu. Sa santé mentale et son humanité s'altèrent au fur et à mesure que l'histoire progresse.
L (エル, Eru?)
Principal adversaire de Light, L est considéré comme le meilleur détective

au monde, bien que son identité soit inconnue. Il enquête sur l'affaire Kira. Il se fait appeler Ryûzaki et Hideki Ryuga. Son nom réel reste inconnu dans les 12 premiers tomes du manga, mais son véritable nom, L Lawliet (エル・ローライト, Eru Rōraito?), est dévoilé dans le 13e tome, How to read it. Son comportement excentrique n'a d'égal que son intelligence.

Ryuk (リューク, Ryūku?)
Ryuk est un dieu de la mort qui s'ennuie profondément dans le monde des dieux de la mort. Possédant deux Death Note, il en abandonne un dans le monde des humains dans le but de se divertir. Il suit Light partout (car celui-ci est le nouveau propriétaire du Death Note et Ryuk se doit de le suivre jusqu'à la mort de Light)

mais reste neutre par rapport aux événements. Il a une grande faiblesse pour les pommes, que l'on ne trouve pas dans l'autre monde.

Misa Amane (弥海砂, Amane Misa?)
Misa est une jeune fille qui admire Kira et ses actions. Assez puérile, elle est un mannequin très populaire, une Idol (アイドル, aidoru?, starlette), au style vestimentaire axé sur le « gothic lolita » et punk. Elle est amoureuse de Light et ferait n'importe quoi pour lui. Elle aussi a un Death Note et son dieu de la mort s'appelle Rem. Elle est considérée comme le deuxième Kira.
Soichiro Yagami (夜神?, Yagami Sōichirō?)
Sôichirô a une grande confiance envers son fils et un amour sans

limites pour sa fille et sa femme. Il a un grand sens de la justice et n'hésite pas à s'allier avec L pour lutter contre Kira qu'il considère comme un dangereux assassin.

Même lorsqu'il sera hospitalisé pour surmenage après avoir fait une

attaque cardiaque, il n'hésitera pas à prendre un camion pour stopper la diffusion des cassettes envoyées par le 2e Kira (Misa), malgré tout il s'oppose à ce que son fils rejoigne le bureau d'enquête trop vite.

Near (ニア, Nea?)
Near est un des candidats à la succession de L. Il a grandi à la « Wammy's House », un orphelinat

réservé aux enfants surdoués. Calme et calculateur, il a de nombreux points communs avec L. Son signe particulier est qu'il adore jouer avec des jouets d'enfants, ce qui lui valait de nombreuses moqueries lorsqu'il était à l'orphelinat. Son vrai nom est Nate River (ネイト・リバー, Neito Ribā?).

Mello (メロ, Mero?)
Mello est, comme Near, un des candidats à la succession de L et a également grandi à la « Wammy's House ».

Son signe particulier est qu'il mange toujours du chocolat, signe qui sera repris par Near à la fin du manga en son hommage. D'un naturel emporté, son but est de surpasser L et Near. Son vrai nom est Mihael Keehl (ミハエル・ケール, Mihaeru Kēru?).

Rem (レム, Remu?)
Rem est un dieu de la mort femelle plutôt sérieuse et intelligente.

Elle est très proche de Misa, pour qui elle a des sentiments et se sacrifie pour elle au milieu de l'anime/manga.

C'est quelqu'un de très calme et elle sait garder son sang-froid dans n'importe quelle situation.
Mikami Teru (魅上 照, Teru Mikami?)
Mikami Teru est considéré comme étant le quatrième Kira, son

exécutant plus exactement. Il est un très fervent partisan de Kira et pense de la même manière, d'ailleurs, il considère Kira comme un dieu, et a accueilli sa « venue sur terre » (littéralement le moment où Kira a commencé à être reconnu mondialement :dans les médias et la presse.) comme la venue d'un dieu venant punir les gens mauvais.

Sidoh (シドウ, Shidō?)
Dieu de la mort qui a égaré son Death Note. Ryuk le ramasse et le donne à Light Yagami qui tombe ensuite dans les mains de Mello.
Jealous (Jeras)
Dieu de la mort qui a tué la personne qui allait tuer Misa Amane, il

meurt donc pour avoir rallongé la vie d'une humaine. Son Death Note, que Rem a ramassé, a été donné par cette dernière à Misa.

Univers de Death Note Modifier

Création Modifier

L'écriture de Death Note

s'est déroulée de manière similaire pour les différents chapitres. 

Tsugumi Ōba écrit dans un premier temps le scénario, puis l'envoie à Takeshi Obata. Ce dernier le lit et détermine le découpage des cases. Obata dessine ensuite lui-même tout ce qui concerne les personnages et l'univers visuel. Ses assistants appliquent enfin ses consignes et réalisent les bâtiments ou les décors2.

Thèmes abordés Modifier

Bien que classé comme shōnen manga de par sa prépublication, et donc ciblant un public jeune et masculin11, Death Note

présente plusieurs niveaux de lecture ; aussi des thèmes politiques et 

philosophiques sont-ils identifiés et abordés par les commentateurs, à défaut d'avoir été volontairement initiés par l'auteur, Tsugumi Oba, qui estime qu'il n'y a aucun message, aucune idéologie dans ce manga qui se résume donc, à ses yeux, à un combat stratégique et psychologique entre Light et ses adversaires12 :

Les problématiques de la peine de mort et de la justice
Elles sont abordées avec les meurtres d'un Light auto-proclamé juge de l'humanité par la grâce du Death Note, mais aussi via l'attitude de ses poursuivants, qui n'hésitent pas à bafouer les droits de l'homme pour parvenir à identifier Kira13.

Chacun des protagonistes, finalement, lutte pour sa conception de la justice en agissant à l'opposé de l'idéal défendu, ce qui, somme toute, transcende les clivages et appelle à un rejet du manichéisme en la matière. Tsugumi Oba déclare ainsi que Near, à la fin du manga, « invite chacun de nous à se joindre à sa réflexion [sur la justice] » lorsqu'il se livre à la critique des agissements de Kira14.

Le Bien et le Mal
Light est

persuadé d'agir au nom du Bien puisqu'il vise à devenir le dieu d'un monde idéal car expurgé de toute criminalité. Mais, dans le même temps, la méthode utilisée pour parvenir à cette utopie est le meurtre en série, et l'assassinat des innocents qui osent se dresser sur son chemin… Un paradoxe qui peut, là aussi, s'interpréter comme une volonté de relativiser ces deux notions antinomiques15. Le scénariste, Tsugumi Oba, est plus absolu : tout en se défendant d'avoir voulu véhiculer la moindre idéologie ou message philosophique, il précise qu'à titre personnel, il voit en Light « le mal absolu », et ajoute que « L n'est pas forcément mieux »14. Au-delà, la question de la corruption de la nature humaine par le pouvoir est abordée : Light, qui ne voyait au départ en le Death Note qu'un moyen de bâtir son monde utopique, a progressivement glissé vers l'obsession de devenir un dieu, au point, à la fin du manga, de sombrer dans la folie13.

La dissimulation
L'un des enjeux pour les personnages est de cacher à tout prix leur identité et/ou leur apparence : Light pour ne pas être démasqué et arrêté, les autres pour ne pas se révéler à Kira16.
Le sens de la vie
Death Note est parfois présenté comme une « contre-allégorie de la caverne » (en référence à Platon)16. Light (lumière en anglais) cherche, avec le Death Note,

à donner un sens à son existence alors qu'il apprend dans le même temps de Ryuk qu'il n'y a rien après la Mort, et que la vie est donc vaine et éphémère. Il agit néanmoins, pour essayer de « sortir de la caverne », bien qu'il n'arrive au terme que dans le Néant ; ou alors dans un monde plus sombre encore, celui des shinigamis (desquels il embrasse l'existence en se servant du Death Note, et accède donc par ce biais à leur univers) : les shinigamis eux-mêmes, bien que supérieurs aux hommes, ignorent l'origine de leur création et le pourquoi de leur mission mortifère…16

La religion
Elle est aussi abordée car Light estime être le dieu de son nouveau monde. De plus, dans la version animée, L nettoie les pieds de Light peu avant qu'il ne meure à cause du stratagème impliquant Misa et la participation de Rem. Light

serait donc le « Juda » de L. Sans parler de la passion de Ryuk pour les pommes, le fruit défendu. Ainsi que dans l'émission de Sakura TV, le temple de Kira, Demegawa a fait construire un temple dédié à Kira, la seule différence par rapport à la Bible est que Demegawa prend cette initiative tout seul. Dans l'anime, le premier générique d'ouverture montre une reprise de la sculpture La Pietà de Michel Ange, la Vierge Marie remplacée par le personnage Naomi Misora et Jésus par Raye Penber. Certaines musiques font aussi références à des termes religieux : par exemple, le thème de l'anime reprenant les airs de Carmina Burana: O Fortuna, elle-même basée sur un receuil de poèmes religieux.

Règles du Death Note Modifier

  • La personne dont le nom est écrit dans ce cahier meurt inéluctablement. 17
  • Il faut avoir en tête le visage de la personne dont on écrit le nom,

sans quoi la mort ne surviendra pas. Les individus portant le même nom et prénom ne seront pas affectés.règle 1

C'est d'ailleurs cette particularité qui rend la rédaction 

obligatoirement manuscrite. Le cahier ne fonctionnera pas si on tape le texte à l'ordinateur et imprime sur une page arrachée, puisqu'une machine n'a pas de pensées.

  • Si l'on ne précise pas les circonstances de la mort, la cause par défaut est un arrêt cardiaque au bout de 40 secondes. Si l'on commence à décrire la cause de la mort avant l'expiration de ce délai, on obtient un délai supplémentaire de 6 minutes 40 secondes

du monde des humains (soit dix fois la fenêtre de temps initiale de 40 secondes) pour en rédiger précisément les circonstances. La ou les cibles se transforme(nt) ainsi en zombie(s), exécutant docilement les consignes jusqu'à son (leur) décès. À noter que l'utilisateur ne peut déterminer que le comportement de chaque cible, et non des phénomènes exogènes comme une catastrophe naturelle.

  • Dès lors que le Death Note tombe dans le monde des humains, il appartient à celui qui le trouve.
  • Celui qui fait usage de ce cahier, au moment de sa mort, ne va ni en enfer ni au paradis.
  • Dans le cas où l'on écrit « crise cardiaque » comme cause de la

mort, il faut impérativement rédiger le terme en moins de quarante secondes si l'on souhaite fixer un délai différent.

  • Un dieu de la mort peut rallonger sa vie en écrivant des noms d'humains dans le Death Note, mais un humain ne le peut pas.
  • Une personne peut mettre fin à ses jours en utilisant le Death Note.
  • Une personne qui devient possesseur d'un Death Note

peut obtenir un œil de dieu de la mort, lui permettant de connaître le nom et la durée de vie restante de celui ou celle qu'elle regarde, en échange de la moitié du temps qui lui reste à vivre.

  • Les conditions de la mort décrites dans le Death Note ne peuvent se réaliser que si elles sont physiquement possible et si elles apparaissent réalisables par un être humain.
  • Une page du Death Note fonctionne en mode recto-verso. Par exemple,

en écrivant un prénom d'un côté et un nom de l'autre, la personne trouvera la mort quand même. En revanche, il n'y aura pas d'effet si le rédacteur décompose le nom sur plusieurs pages différentes.règle 2

Il en résulte que le descriptif des circonstances du décès ne peut 

excéder une page recto-verso en incluant le nom de la cible, toute consigne au-delà n'étant pas exécutée par cette dernière. Si le mode de décès n'est pas précisé, la cible zombifiée meurt automatiquement d'une crise cardiaque à l'issue de la dernière consigne inscrite à la fin du verso.

  • Les conditions possibles de la mort ne sont pas connues du dieu de

la mort. Il est donc nécessaire de chercher et de trouver par soi-même.

  • Une page du Death Note, ou un morceau de page arraché, a le même effet que les pages attachées au cahier lui-même.
  • Il est possible d'écrire dans le Death Note avec n'importe quelle substance (sang, maquillage, etc.),

pourvu que l'on puisse écrire avec, que le résultat soit lisible et que la substance soit indélébile. De même, bien que les règles soient rédigées en anglais pour faciliter la compréhension de tous, n'importe quel langage est autorisé pourvu qu'il soit intelligible et que la phrase possède un sens.

  • On peut écrire la cause de la mort ou les circonstances de la mort

en premier, et écrire le nom par la suite, sur la première ligne. Le processus fonctionne quand même. Dans ce cas, on dispose d'un délai de 23 jours, en temps humain, pour écrire le nom.

  • Le suicide est une cause valide de mort. Fondamentalement, c'est une

éventualité envisagée par tous les humains, et, de ce fait, ne rentre pas dans les actes impensables.

  • Si les circonstances de la mort de la cible, telles qu'elles sont

rédigées, doivent entraîner celle d'autres personnes, la cible meurt automatiquement d'une crise cardiaque. Cela dans le but qu'elle n'influe pas sur d'autres vies.

  • Même après avoir écrit le nom, l'heure et les circonstances, il est

possible de les modifier autant de fois qu'on le souhaite pendant les 6 minutes 40 secondes. Bien entendu, pour que le changement soit possible, il faut que la personne ne soit pas déjà morte. Lorsqu'on veut faire une correction pendant ce délai, il faut d'abord rayer de deux traits les mots à corriger.

  • Bien qu'il soit possible de modifier les conditions de décès, la personne dont le nom est écrit dans le Death Note

ne peut plus échapper à la mort. Évidemment, rien n'empêche le rédacteur de décréter une mort naturelle, qui n'excèdera pas l'espérance de vie de la cible.

  • S'il le veut, le propriétaire peut décider de se déposséder du Death Note il perd le droit de propriété du Death Note,

en même temps que sa mémoire s'efface pour la période de temps où il l'a possédé. Il perd aussi la faculté de l'œil. Cependant la moitié de vie qu'il a payée ne lui est pas rendue.

  • Le propriétaire du Death Note peut le prêter à quelqu'un d'autre. Il est aussi possible de le sous-louer.
  • Celui qui a emprunté le Death Note

n'est pas suivi par le dieu de la mort. Ce dernier reste avec le propriétaire. De plus, l'emprunteur ne peut pas faire l'échange d'œil avec le dieu de la mort.

  • Si le propriétaire du Death Note meurt alors qu'il a prêté ce dernier, le droit de propriété revient à celui à qui le Death Note a été prêté.
  • Si le Death Note est volé et le propriétaire tué par le voleur, le droit de propriété est automatiquement transféré au voleur.
  • Lorsqu'un même nom est écrit dans deux Death Note ou plus, c'est la première rédaction qui prend effet, sans tenir compte de l'heure de la mort.
  • Un dieu de la mort doit posséder au moins un Death Note. Ce Death Note ne doit jamais être prêté à un humain et aucun humain ne doit écrire sur ce Death Note.
  • Il ne peut y avoir que 6 Death Note dans le monde des humains, s'il y en a plus uniquement les 6 premiers fonctionneront.
  • S'il y a plus de 6 Death Note dans le monde des humains et qu'un des

6 premiers est détruit, alors le Death Note suivant prendra sa place.

  • Si un nom est écrit dans deux Death Notes

ou plus, avec une différence de moins de 0,06 seconde, on considère qu'il y a simultanéité, et la personne dont le nom a été écrit ne meurt pas.règle 3

  • Dans le monde des humains, les possesseurs de Death Notes ne peuvent voir leurs dieux de la mort respectifs que s'ils touchent le cahier de l'autre.règle 4
  • Un humain qui possède un œil de dieu de la mort peut voir le nom et

la durée de vie des gens qu'il regarde, mais, en tant que possesseur d'un Death Note, il passe donc du côté de ceux qui prennent la vie et il cesse d'être une victime. Par ailleurs, il ne peut pas voir la durée de vie ni des autres possesseurs de Death Notes ni la sienne, ce qui n'est finalement pas si grave.règle 5

  • Les dieux de la mort ne doivent pas dire aux humains la durée de vie

ou le nom qu'ils peuvent lire. Cela afin d'éviter que ne naisse de la confusion chez les humains.règle 5

  • Pour qu'un Death Note

soit utilisé dans le monde des humains, il faut d'abord qu'il y ait un dieu de la mort en vie qui s'assure de son usage sur Terre.règle 6

  • Il est difficile d'imaginer qu'un dieu de la mort qui reste auprès d'un humain meure, mais si ça arrive, le Death Note qu'il a apporté sur Terre conserve tout de même ses pouvoirs.règle 6
  • Si un Death Note

est possédé dans le monde humain contre la volonté du dieu de la mort auquel il appartient, il est permis à ce dieu de la mort de rester dans le monde humain pour le récupérer.règle 7

  • Dans ce cas, s'il existe d'autres Death Note

dans le monde humain, les Dieux de la Mort n'ont pas le droit de révéler aux humains l'identité ou la localisation du possesseur de ce Death Note.règle 7

  • Dans le monde des Dieux de la Mort, il existe un certain nombre de

copies de ce que les humains pourraient appeler Manuel d'utilisation pour utiliser le Death Note dans le monde des humains. Cependant, le manuel d'utilisation ne peut être livré aux humains.règle 8

  • Il est tout à fait permis aux Dieux de la Mort de lire le Manuel

d'utilisation pour leur propre usage et d'apprendre aux humains ce qu'il contient, quel que soit ce contenu.règle 8,règle 9

  • Le Death Note ne peut pas procurer l'immortalité en fixant un terme

infini pour le décès. Tous les humains devront, sans exception, finalement mourir.règle 10

  • Après leur mort, l'endroit où ils vont est MU (Le Néant).règle 10
  • Une fois mort, ils ne reviennent pas à la vie.règle 11
  • Dans le cas d'obtention du Death Eraser, on peut effacer le nom des

personnes : elles peuvent revenir à la vie si elles ne sont pas incinérées. One-shot [réf. nécessaire]

  • Le Death Note n'affecte pas les personnes âgées de moins de 780 jours règle 12
  • Le Death Note sera rendu inutile si le nom de la victime est mal orthographié quatre fois. règle 12
  • Si le nom est volontairement mal orthographié 4 fois, le propriétaire du Death Note mourra. règle 13
  • Si le Death Note est perdu ou volé, celui à qui il appartenait en

perd la propriété sauf s'il le récupère dans un délai de 490 jours règle 14

  • Il n'est pas nécessaire d'être le possesseur du Death Note pour

l'utiliser. N'importe qui peut provoquer la mort grâce à ce livre pourvu qu'il l'utilise dans les conditions sus-mentionnées.

  • Même le propriétaire d'origine du Death Note, un dieu de la mort, ne connaît pas tout du cahier.

Règles impliquant les dieux de la mort Modifier

  • Celui qui s'en saisit devient alors capable de voir et d'entendre le dieu de la mort qui en est l'ancien propriétaire.
  • Le possesseur du Death Note garde à ses côtés, jusqu'à sa mort, l'ancien possesseur, un dieu de la mort, aussi longtemps qu'il détient le cahier.
  • En général, le dieu de la mort apparaît devant le nouveau possesseur du Death Note dans les 39 jours qui suivent le 1er jour d'utilisation du cahier.règle 15
  • Un dieu de la mort, propriétaire d'origine du Death Note, en général, ne fait rien qui puisse aider le possesseur du Death Note.
  • Le dieu de la mort n'a aucune obligation d'expliquer complètement

l'utilisation du cahier ou les règles à l'humain qui en a pris possession.

  • Un dieu de la mort ne peut pas être tué, même si on lui tire une

balle dans la tête, ou si on lui plante un couteau dans le cœur. Il serait possible de tuer un dieu de la mort, mais en général, les Dieux de la Mort eux-mêmes ignorent comment.

  • Un dieu de la mort doit obligatoirement garder en sa possession un

Death Note, qu'il ne peut ni confier à un humain ni lui permettre d'utiliser.règle 3

  • Les dieux de la mort peuvent s'échanger leurs Death Notes et les utiliser sans problèmes.règle 16
  • Si un dieu de la mort éprouve de l'affection pour un humain en particulier, s'il utilise le Death Note avec l'intention de prolonger sa vie, s'il tue un autre humain pour cela, il meurt.règle 16
  • Le dieu de la mort disparaît, mais son Death Note

subsiste. Normalement, le droit de propriété revient au dieu de la mort qui le trouve, mais en réalité, il est entendu qu'il doit être rendu au roi des dieux de la mort.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard